SAVE THE DATE: La 23e édition du festival aura lieu du 10.5.19 au 2.6.19

 

Les Journées photographiques se prolongent ailleurs…

A venir

Bourse des amis du musée Albert Kahn, Paris, participation de Sarah Girard en tant qu'experte, novembre 2018

No'Photo, Genève, participation de Sarah Girard au groupe d'expert-e-s photo du Département de la culture et du sport de la Ville de Genève, en cours-automne 2019

Kuverum, Zürich, interventions de Sarah Girard en tant qu'experte invitée dans le cadre de la formation en médiation culturelle "Kuverum" (FHNW), 2018-2019

 

Happy en 2018

Du 4 au 27 mai 2018, la 22e édition des Journées photographiques de Bienne a interrogé la notion de bonheur alors que son injonction se fait de plus en plus pressante dans nos sociétés. Mesuré au moyen de l’indice du Bonheur National Brut ou du nombre de followers d’une génération Y, il semble désormais pouvoir être contrôlé. Réel, fantasmé ou illusoire, les images exposées ont témoigné de sa quête et de sa construction, personnelle ou collective, paradoxale parfois.

C’est peut-être parce qu’il est mentionné dans la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis, en tant que droit humain inaliénable, que sa recherche est devenue un but ultime, un produit marketing développé dans d’innombrables ouvrages de développement personnel et autres séminaires d’optimisation. Le lien affectif, la communauté, le collectif sont autant de sources d’accomplissement pour l’animal social qu’est l’humain. Quel système politique ou social est le plus à même de conduire un peuple au bonheur ? Et à quel prix ce système peut-il s’imposer ? Où situer le bonheur : dans des zones économiques plus florissantes, sur Mars ou dans l’au-delà ? A moins que nos avatars ne soient plus heureux ?


©Daniel Mueller